MyTheresa : Une introduction en bourse estimée à 1 milliard

Le premier magasin "Theresa" a été ouvert en 1987 en Allemagne, précisément à Munich, par Susanne et Christoph Botschen. C'est en 2006 que le couple lance la plateforme e-commerce. Connue aujourd'hui sous le nom de MyThreresa.

La plateforme allemande Mytheresa, reine du e-commerce de luxe, prépare-t-elle une entrée au sein de la Bourse de New York ?

 

La société online Mytheresa avait annoncé, en début de cette semaine, son envie d’intégrer Wall Street. Cette dernière souhaiterait pouvoir vendre environ une quinzaine de millions d’actions lors de son introduction à la Bourse américaine. Avec cet événement, le groupe allemand prévoit de lever jusqu’à quasiment trois-cent millions de dollars, pour une valorisation à 1,58 milliards de dollars.

Une rumeur de longue date

Cela faisait tout de même plusieurs semaines, plusieurs mois, que ces dires circulaient. Ce bruit a pris davantage d’ampleur lorsque le groupe Neiman Marcus Group LTD LLC a déposé le bilan au printemps dernier. Une extinction précipitée suite à des fermetures de magasins et à la baisse des ventes. Ce dernier avait racheté MyTheresa en 2014. La possible introduction en Bourse pourrait notamment permettre à la plateforme Munichoise de rembourser la dette laisser suite à la faillite du groupe américain.

Une opération d’autant plus bénéfique car le marché en ligne devrait continuer de prendre encore plus de poids dans les mois et années à venir. Le commerce virtuel continue à s’inscrire comme le premier réseau d’achat de produits de luxe. Cette mise en exergue pourrait continuer jusqu’en 2025. MyTheresa a par exemple tiré un chiffre d’affaires de plus de 20%. A savoir à peu près 450 millions d’euros la saison dernière, qui s’est arrêtée en juin dernier.

Bonne ou mauvaise idée ? 

Le timing est donc vous l’aurez compris, parfaitement choisi. Au début du mois, le principal rival de MyTheresa à savoir, Farfetch, a enregistré plus d’un milliard de dollars auprès d’Alibaba et du groupe suisse Richemont. En plus de cela, la crise sanitaire de la Covid-19 a permis au secteur du e-commerce de se populariser davantage. Une véritable hausse des achats de luxe sur internet est à prendre en compte.

Par ailleurs, le nombre d’ADS (American Depositary Shares) qui sont disponibles et le prix fixé du premier appel public à l’épargne, n’ont pas encore été signifiés. Cette information vient d’un communiqué de presse de la société « mère » de MyTheresa, MYT Netherlands Parent B.V.

Pour rappel, la société munichoise distribue près de 250 marques. On y retrouve les plus grands noms du luxe à l’image de Gucci, Prada, Burberry, Dolce & Gabbana ou encore Philipp Plein. Cette dernière pourrait viser une capitalisation boursière entre 1 et 1,5 milliard de dollars. Cette estimation vient de Bloomberg, et a notamment été publiée au début du mois.

Une affaire qui serait donc plus que juteuse pour la plateforme allemande, qui reste cependant à suivre. Alors que dans beaucoup de secteurs, la crise de la covid-19 a entrainé l’arrêt de projets en cours, certaines sociétés ne cessent de relancer leurs ambitions et leurs projets. Que ce soit Mytheresa et son envie d’une introduction en bourse américaine , ou Moncler et sa gamme de doudounes de luxe eco-responsables  » Born to protect », certains ne manquent pas d’inspiration !

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Mail
Partager sur whatsapp
Whatsapp
Sébastien

Sébastien

Passionné d'écriture, de sport et d’arts plastiques, Sébastien a dû choisir entre ses études de journalisme et sa formation d’artiste à l’école supérieure d’art du Pays Basque. Curieux de nature, aimant apprendre et débattre, il s'orienta vers le journalisme tout en essayant de se spécialiser dans les reportages sportifs et artistiques. Un goût prononcé pour l’écriture qui n'a cessé de se développer, grâce notamment à un stage en 2017 chez France Bleu. Sébastien a rejoint Minute Luxe Magazine avec l'envie de combiner l'art et le journalisme.
Slider

À voir également

Accessoires et Joaillerie

SICIS Jewels : L’art de la micro-mosaïque italienne

La marque de bijoux SICIS, mondialement connue, puise son inspiration et sa technique dans l’art ancien de la mosaïque, lui apportant une touche de modernité, dans un arc artistique à travers le temps. Prolongeant le savoir-faire dans le futur, cette maison de luxe gagne du terrain à Milan, Paris, Tokyo, New York, Dubaï, Istanbul, Hong Kong, Rome, New Delhi, Bruxelles, Madrid et Pékin.

temple noble art - minute luxe magazine
Bien-être

Temple | Noble Art : Les clubs de boxe haut de gamme à Paris

Le Club de Boxe Temple | Noble Art est une enseigne de clubs de boxe haut de gamme lancée en 2014 à Paris. Elle cible les boxeurs en col blanc, attirant des cadres, des avocats ou des chefs d’entreprise.
L’objectif de l’enseigne ? Confirmer sa position de leader de la boxe à Paris, et pourquoi pas regarder vers l’étranger pour l’ouverture de nouveaux clubs !

Le Cinq Codet : Hôtel, Spa, cuisine d’auteur
Hôtels & Palaces

Le Cinq Codet : Hôtel, Spa, cuisine d’auteur

Hôtel de luxe contemporain au mélange subtile de l’Histoire de Paris à travers sa décoration. Il a également la particularité de cultiver le goût du silence et de la romance, qui inspirent la cuisine d’auteur du chef David Maroleau et de son restaurant Chiquette.