Blue Penny Museum : Matisse exposé et célébré à Maurice

Le Blue Penny Museum et Samskara Fine Art ltd ont l’immense plaisir de pouvoir annoncer avec fierté, la tenue de l’exposition MATISSE à MAURICE, dans le cadre du bicentenaire de la naissance du poète Charles Baudelaire, du 15 avril au 11 juin 2022. Une manifestation culturelle mêlant deux génies de la littérature et de l’Art, voilà de quoi en étonner plus d’un ! Après Picasso at the Blue Penny, en 2019, voilà une autre exposition qui constitue en elle-même un véritable défi.

Matisse s’expose à l’île Maurice du 15 avril au 11 juin 2022

Bord de canal près de Bohain, 24x33cm, 1903. Huile sur panneau de bois
Crédit Photo : Collection particulière en dépôt au Musée Matisse du Cateau-Cambrésis

Plus d’une quarantaine d’œuvres d’Henri Matisse seront réunies pour la première fois, grâce au précieux concours d’Emmanuel Richon, Conservateur du Blue Penny Museum et Steve Dorian Sowamy, Coordonnateur de l’exposition et directeur de la Société Samskara Fine Art Ltd.

De cette amitié est née l’idée de représenter Matisse à Maurice autour des poèmes des Fleurs du Mal, consacrés aux îles Mascareignes.

Cet événement culturel majeur, le premier du genre dans l’hémisphère Sud, est exceptionnel pour le public mauricien, adepte d’Art et de Culture.

Un peu d’histoire…Baudelaire : 1821-1867

En 1841, le beau-père de Charles Baudelaire, le général Aupick, décide d’envoyer son beau-fils en voyage aux Indes pour l’arracher à la délétère influence de la vie parisienne. Charles embarque le 9 juin 1841, à Bordeaux, à bord du Paquebot-des-Mers-du-Sud, à destination de Calcutta.

Le 1er septembre, le navire atteint l’Île Maurice, où Baudelaire est accueilli par M. et Mme Autard de Bragard, colons d’origine française, chez qui il va séjourner une quinzaine de jours.

Le poème « Déjà » (Le Spleen de Paris, Petits Poèmes en prose), donne une idée de l’état d’esprit du poète à l’arrivée à Maurice après trois mois de mer sans escale : « C’était une terre magnifique, éblouissante. Il semblait que les musiques de la vie s’en détachaient en un vague murmure, et que de ses côtes, riches en verdures de toutes sortes, s’exhalait, jusqu’à plusieurs lieues, une délicieuse odeur de fleurs et de fruits. »

Il décide ensuite de mettre fin à son voyage pour les Indes et de repartir en France. Le 19 septembre 1841, il débarque à Bourbon pour une ultime et longue escale avant le voyage du retour vers la métropole, qu’il atteindra le 15 février de l’année suivante.

Le 20 octobre 1841, encore à Bourbon, il adresse une lettre à M. Autard de Bragard à laquelle il joint À une dame créole, en l’honneur de sa femme : « Vous m’avez demandé quelques vers à Maurice pour votre femme, et je ne vous ai pas oublié. Comme il est bon, décent, et convenable, que des vers, adressés à une dame par un jeune homme passent par les mains de son mari avant d’arriver à elle, c’est à vous que je les envoie, afin que vous ne les lui montriez que si cela vous plaît. »

De son voyage on trouve l’écho indubitable dans La chevelure, Le serpent qui danse, Moesta et Errabunda, La musique, Correspondances, La vie antérieure ou Sed non satiata, évidemment Le voyage. En fait, près de la moitié de ses poèmes en vers ou en prose sont consacrés ou évoquent son périple dans l’océan Indien.

Matisse : 1869 – 1954

C’est en 1944 que Les Fleurs du Mal de Baudelaire sont représentées par Matisse. 34 poèmes, illustrés, par des visages de femmes, ainsi qu’un portrait de l’artiste et un autre du poète. Ces compositions orneront l’édition de 1947, publiée par La Bibliothèque française.

Matisse joint le poème À une Malabaraise qui ne faisait pas partie des Fleurs du Mal. Il choisit des modèles lui permettant de s’attacher à une certaine idée de la culture créole. L’époque s’y prête, Joséphine Baker est à son apogée, Sidney Bechet s’établit en France.

Matisse dessina donc ces visages au crayon gras destinés à être reportés sur la pierre à lithographier. Cela fut, au final, impossible… les œuvres ayant été abîmées par l’ouvrier lithographe. Matisse, l’ingénieux, avait photographié les compositions avant de les envoyer au lithographe. Il fut malheureusement impossible, avec ces copies, de retrouver le caractère d’improvisation des dessins originaux.

Matisse a donc décidé de conserver le procédé de photo-lithographie qui préservait toute la fluidité de son inspiration première.

Luxe, calme et volupté, 1904

À partir d’un vers de L’invitation au voyage, Matisse peint l’île paradisiaque des rêves de Baudelaire. Véritable rapport esthétique entre un poème et un tableau, séparés par un demi-siècle.

Il est nécessaire de partir de l’évidence de l’influence de Baudelaire, de montrer qu’elle passe par une idée commune de l’Art, et par des affinités réelles. Mais également par des fondements théoriques, comme la théorie des correspondances, que Baudelaire met au point dans Les Fleurs du Mal.

Que, bien au-delà de la perception, il y a les sens ! Les cinq…, ceux qui renvoient à une unité du monde, que l’on pourrait qualifier d’étrange. Les couleurs, les parfums, les sons communient dans des modalités de perception différentes. Deux activités totalement dissemblables, mais qui se rejoignent dans une œuvre propre à Matisse, qui dépasse de loin la simple illustration.

Dès ses débuts, Matisse fit preuve d’une grande maîtrise. On retrouve dans ses portraits, l’essentiel de ce qui fera son œuvre, son utilisation si particulière de la ligne et de la grande simplicité des formes, associée à la poésie baudelairienne. Matisse ne dessine pas un contour qu’il remplirait ensuite de couleur : un aplat de couleur unique. Tout au long de sa vie, il a cherché à simplifier les formes pour ne donner à voir que l’essentiel.

LA TRISTESSE DU ROI. Lithographie pour VERVE Vol. IX, No. 35-36. 1958 – Crédit Photo : BPM

Célébrer Beaudelaire à travers l’oeuvre de Matisse, est LE projet enthousiasmant qu’il était possible d’imaginer !

Parmi les peintres français les plus célèbres, Henri Matisse est sans doute celui qui a le plus été influencé par la poésie. Il en conçoit autant une inspiration esthétique qu’une source inépuisable d’illustrations. De son côté, Charles Beaudelaire, suivant en cela Denis Diderot un siècle plus tôt, est certainement durant toute sa courte vie, l’écrivain et poète français le plus sensible à l’esthétique, assurément un critique hors pair… Que l’artiste ait décidé de s’intéresser puis de s’inspirer de l’auteur des Fleurs du Mal, n’avait donc rien de particulièrement étonnant… la rencontre était prévisible.

D’ailleurs, la poésie, par elle-même, n’est-elle pas un acte éminemment esthétique, autant musical que plastique, maniant les mots et leur sonorité, leur rythme, leur graphie, comme le ferait la sculpture sur tout médium d’expression ? Quant à la peinture elle-même, par les synesthésies, Beaudelaire parlait même de « correspondances ». Elle évoque toujours une atmosphère particulière qu’il est plus que juste de comparer à celle d’un poème.

Les deux vécurent également l’expérience d’un voyage initiatique. Aragon dira à Matisse qu’il ne serait pas lui-même sans la Polynésie. Quant à Beaudelaire, son périple dans l’océan Indien et son séjour aux Mascareignes auront une résonance certaine et durable sur toute son oeuvre poétique.

Aussi, rapprocher les deux génies de la littérature et de l’Art français pour les associer au sein d’une même exposition, nous a paru judicieux et fondé, dixit Emmanuel Richon et Steve Dorian Sowamy.

Cette exposition est une réunion d’œuvres dont la somme est un tout inédit : mélange de découverte, de compréhension, de vérité, qui n’apparaîtront précisément qu’aux murs de l’exposition. À voir absolument ! L’exposition sera agrémentée d’un album en couleur sur le sujet.

Blue Penny Museum
Le Caudan Waterfront, Port-Louis Ile Maurice
Exposition du 22 avril au 11 juin 2022 de 10h00 à 16h30 – Entrée Gratuite

Emmanuel Richon
Conservateur – Blue Penny Museum -Le Caudan Waterfront, Port-Louis – Ile Maurice
T:+230 210 92 04
Steve Dorian Sowamy
Founder & Managing Director – Samskara Fine Art Ltd – UK/MU
T:+41 77 981 82 23 (WhapsApp) – www.samskara-art.com

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Mail
Partager sur whatsapp
Whatsapp
Stéphanie

Stéphanie

Dès son plus jeune âge, Stéphanie s'est imprégnée de l'univers artistique avec la musique classique et la peinture. De cela est certainement né un fantastique défaut, celui de la curiosité "du beau", avec une passion pour le monde de l'architecture, du design et des arts. Elle a fait le choix d'associer sa passion de l'écriture à celle des beautés offertes par la vie, dont elle est éperdument amoureuse.
Slider

À voir également

sources cheverny château vert
Hôtels & Palaces

Les Sources de Cheverny : Escapade de luxe dans la nature

Un endroit où le temps s’arrête. C’est l’effet produit aux Sources de Cheverny. Imaginé par Alice et Jérôme Tourbier, des amoureux de vin. Basé dans le Val de Loire, cet hôtel vous offre une déconnexion avec la vie extérieure.

In Astra : Le mariage de la parfumerie et de l'astronomie
Beauté

In Astra : Le mariage de la parfumerie et de l’astronomie

Dans le Panthéon des odeurs de rêve, essentiellement peuplé de célébrités françaises comme Dior et Chanel, la parfumerie de niche italienne se situe juste au-dessus, avec les fragrances les plus abouties du monde. Il est impossible de découvrir les marques italiennes sans ressentir le frisson des vacances tant attendues, en marchant sur la plage ou en parcourant les boutiques à la mode.