Samaritaine Paris : L’histoire du grand magasin en 5 dates

Aujourd'hui devenu le plus petit des grands magasins...mais le plus grand des concept-stores. Voilà comment la Samaritaine s'est transformée de 1870 à sa réouverture il y a quelques semaines. Retour sur l'histoire du célèbre, grand magasin parisien en 5 dates.

1870 : Ernest Cognacq fonde « À La Samaritaine »

Après avoir accumulé les expériences en tant que vendeur dans divers magasins et dans différents types de commerces, Ernest Cognacq se met à son compte en 1867 en fondant « Au petit Bénéfice ». Les affaires marchant mal, il se trouve dans l’obligation de fermer et s’installe comme camelot près du Pont Neuf, à l’emplacement de l’ancienne pompe à eau nommée « La Samaritaine ».

Peu avant 1870, Ernest Cognacq crée un nouveau magasin qu’il appelle « À la Samaritaine » du nom de la pompe, sous-louant un petit local annexé d’un café dans un petit local dépendant d’un café. Un an plus tard, il peut louer officiellement le local transformé en boutique et prendre deux employés. Il dépasse un million de francs de chiffre d’affaires en 1875.

1928 : La Samaritaine à son apogée

Ernest Cognacq meurt en 1928 et la direction du grand magasin est alors reprise par son petit-neveu pour qu’il poursuive son développement. Le magasin n’a ensuite de cesse de s’élargir et la supervision de la construction des différents bâtiments se partage majoritairement entre Frantz Jourdain et Henri Sauvage. Complètement influencé par l’Art Nouveau, le grand magasin est un véritable témoin de son époque, mêlant façades de mosaïques, frises aux motifs floraux, le tout dominé par une immense verrière des plus lumineuse. Au début des années 1930, l’enseigne occupe alors 4 magasins d’un total d’environ 50 000 mètres carrés, qui s’étendent entre le quai du Louvre et la rue de Rivoli, faisant de La Samaritaine le plus grand magasin parisien.

Le grand magasin connaît son apogée et dépasse en 1925 le milliard de francs de chiffre d’affaires : outre le grand magasin de nouveautés (articles féminins et masculins, draperie et décoration d’intérieur, articles de voyage, plantes et fleurs, livres, pianos…), elle rassemble des comptoirs de pâtisserie, confiserie ainsi qu’une cave réputée.

1970 : La fermeture du magasin

À partir des années 1970, l’expansion commerciale de La Samaritaine décline. De nombreux rayons historiques disparaissent (bricolage, animalerie) et La Samaritaine se concentre, sur le même modèle que les autres grands magasins parisiens, sur la mode et le mobilier. Quelques années plus tard, le magasin de luxe est transformé en immeuble de bureaux et commerces et loue son espace à d’autres enseignes.

2001 : Le renouveau par LVMH

En 2001, le groupe de luxe LVMH dirigé par Bernard Arnault devient l’actionnaire majoritaire de La Samaritaine avant d’en faire l’acquisition totale en 2010. En raison de la vétusté des bâtiments, le monument du commerce parisien ferme ses portes en 2005. LVMH présente alors un projet transformant l’édifice en Samaritaine 2.0 incluant un hôtel donnant sur la Seine, des commerces, des bureaux, des logements sociaux et une crèche, le tout pour un montant de travaux de l’ordre de 400 millions d’euros. Les travaux ont été confiés à l’agence japonaise SANAA et à l’agence française Édouard François.

2021 : La réouverture d’une Samaritaine 2.0

Après 16 ans de fermeture et des travaux de réaménagement d’un coût de 750 millions d’euros, la Samaritaine rouvre ses portes le mercredi 23 juin 2021 et le président de la République Emmanuel Macron et Bernard Arnault participent à l’inauguration.

Les anciens noms des rayons (« Chasse, Chapeaux, Amazone… »), le grand escalier constitué de 270 marches en chêne et de 16 000 feuilles d’or, les décorations en lave émaillée d’Eugène Grasset ont été conservés. À l’extérieur, un parvis piétonnier a été aménagé et la grande façade rue de Rivoli a été remplacée par de vastes parois de verre ondulé réalisées par les architectes Kazuyo et Ryüe Nishizawa. Dans un contexte où le quartier connaît un véritable renouvellement architectural (Bourse de commerce-Collection Pinault, Canopée des Halles, poste du Louvre…), La Samaritaine était sans aucun doute l’une des adresses dont la réouverture était particulièrement attendue…

Crédit images : Sortir à Paris – Autour de Paris – Vogue – France.fr – Nouvel Obs

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Mail
Partager sur whatsapp
Whatsapp
Camille

Camille

Actuellement étudiante à la célèbre Design Academy d'Eindhoven, Camille est une amoureuse du design et souhaite travailler aux côtés des plus grands dans ce domaine. Férue de musique, de cinéma, de littérature et ayant toujours eu ce goût pour l'écriture, elle s'enivre quotidiennement du monde de l'Art. Elle a rejoint Minute Luxe pour vous partager ses plus belles découvertes.
Slider

À voir également

sources cheverny château vert
Hôtels & Palaces

Les Sources de Cheverny : Escapade de luxe dans la nature

Un endroit où le temps s’arrête. C’est l’effet produit aux Sources de Cheverny. Imaginé par Alice et Jérôme Tourbier, des amoureux de vin. Basé dans le Val de Loire, cet hôtel vous offre une déconnexion avec la vie extérieure.

In Astra : Le mariage de la parfumerie et de l'astronomie
Beauté

In Astra : Le mariage de la parfumerie et de l’astronomie

Dans le Panthéon des odeurs de rêve, essentiellement peuplé de célébrités françaises comme Dior et Chanel, la parfumerie de niche italienne se situe juste au-dessus, avec les fragrances les plus abouties du monde. Il est impossible de découvrir les marques italiennes sans ressentir le frisson des vacances tant attendues, en marchant sur la plage ou en parcourant les boutiques à la mode.